Les nouveaux constructeurs WordPress

Catégories : Wordpress.

Deux articles sur WordPress à la suite, ça frise l’obsession. Cela dit, le petit monde WP avance à grand pas vers des nouveautés prometteuses pour la construction de sites alors du coup, je refais un petit bilan des nouveautés et du moins nouveau. La tendance générale déjà évoquée va vers ces constructeurs, des modules complets, parfois complexes, qui permettent de fabriquer un site avec le minimum de salissure sur les mains, à base de jolies interfaces comportant autant de boutons qu’une tour de contrôle. Le bon côté de la chose est que les designers peuvent se concentrer uniquement sur l’aspect visuel sans plus passer des heures à régler de petits bugs (ça reste à voir…) ou à chercher le script qui va leur permettre de réaliser leurs fantasmes graphiques les plus fous. Jusqu’à aujourd’hui, et aujourd’hui encore , les constructeurs  de pages sont dominés par Visual Composer de WPBackery dont le succès est parfaitement justifié, et dont la modularité ainsi que la capacité à l’accueil d’extensions de tous genres  sont particulièrement étendus.

Les constructeurs de pages

Récemment, l’équipe de WPMU a donc sorti un constructeur front-end, et Theme.co ont fait de même encore plus récemment. Ils répondent gentiment aux doux noms, respectivement de Upfront et Cornerstone. Ces constructeurs font suite à toutes une série d’autres, non spécifiques à des thèmes tels que Page Builder de Siteorigin (gratuit d’ailleurs) ou encore Content Editor de Motopress. Cornerstone complète l’excellent Theme X donc j’ai déjà vaguement parlé et lui permet de s’affranchir complètement du grand ancien Visual Composer. Les possibilités sont très nombreuses et leur système de modules complémentaires à n’ajouter qu’en fonction des besoins rend Cornerstone plus léger.

Je rajouterai quelque chose qui n’a rien à avoir ou presque, mais qui peut parfois être utile, Microthemer de Themeover ou CSS Hero, deux modules parmi d’autres qui permettent de gérer visuellement l’apparence visuel de votre site en changeant directement les caractéristiques CSS, particulièrement pratiques pour les couleurs, les bordures et les typographies par exemple. Parmis ces constructeurs, deux nouveautés cette semaine. La première vient de l’excellent thème Divi d’Elegant Themes (et non je n’ai toujours pas d’intérêt chez eux, et je ne suis même pas affilié). Divi vient de passer en 2.4. Waouw, me répondez-vous les yeux écarquillés, on s’en fiche, les yeux toujours écarquillés. Oui, dans l’absolu oui, sauf que dans ce cas précis, il ne s’agit pas uniquement de petites retouches cosmétiques ou de corrections de bugs mais bien une refonte du thème.
Ce thème est aujourd’hui, en français pour le front et backend, le plus complet disposant d’un constructeur performant. L’intérêt de ce constructeur est que si les modules sont standards, la multiplicité de réglages graphiques (couleurs, typo) et de configuration structurelle (largeur, emplacement des blocs), permet de faire à chaque fois un site suffisamment différent des autres pour ne pas risque la redite tout en conservant une globalement bon stabilité des sites.

Les constructeurs de sites

La deuxième nouveauté de la semaine nous vient de Themify, une équipe un peu moins connue qu’Elegant Themes, mais qui nous gratifie d’un système très prometteur et partiellement Open Source qui va un peu au-delà de leur propre Themify Builder (un constructeur de page). Je m’explique. Ils viennent de sortir Flow, un constructeur de thème, et non de pages, dans lequel on peut constituer, à partir des briques fournies, le site de ses rêves.

Ce thème est gratuit en Open Source. Pour faire réellement un site sur mesure, il faut pouvoir créer des types d’articles (custom posts), et ils ont donc rajouté Post Type Builder qui permet justement, à l’instar d’ACF, WCK ou de Pods (qui peut se combiner avec le constructeur d’Ithemes), de créer des types d’articles et des types de champs spécifiques. Il rejoint en ça des solutions comme Ultimatum, moitié thème, moitié framework, Itheme builder, ou encore Layers, lui aussi gratuit, et qui partage pour sa part le même type de modèle économique dans lequel ce sont les extensions et les thèmes enfants qui sont payants et non le produit principal. Que de choses enthousiasmantes qui améliorent Wordpress, le rendent plus flexible encore, et permet se consacrer à l’aspect visuel et au contenu avec un temps de développement toujours plus réduit. Les puristes du codes continueront à crier encore aux pertes de performances, au risque de la surcharge, aux problèmes de sécurité liés à la multiplication des modules, au manque d’élégance du codage de certains modules, mais finalement personne n’a jamais affirmé qu’il ne fallait pas une bonne expertise pour faire un bon site, uniquement qu’il existait des solutions intelligentes, performantes et adaptables pour réduire les temps et les coûts en offrant un rendu de qualité et qui permettent de passer plus de temps sur le contenu.