CMS Catastrophe Mondiale Satanique

Catégories : Internet.

Tout est dans le titre, voilà ce que semble penser l’auteur de ce papier, maintes fois repris et critiqué, Pourquoi faut-il éviter Joomla et WordPress. Pour rappel, les CMS sont des gestionnaires de contenu internet, en gros les “moteurs” des sites, ils représentent l’immense majorité des sites internet publiés aujourd’hui. Pour des infos complètes, concrètes et professionnelles, jetez un oeil sur open-source-guide.com (en français malgré les apparences).

La plus simple des réponses pour les clients qui se posent des questions est celle du dénommé Daniel sur son blog Web-eau.net sous le titre la guerre du web aura-t-elle lieu?

Pour résumé le tout, qu’en est-il vraiment de tout ça? Certaines agences web ont vu ces dernières années le développement de ces CMS open-source, donc libre de droit, et qui venait directement leur faire concurrence. Leur principal intérêt, qu’importe la qualité de leur prestation, et certaines agences ont des talents réels, est de maintenir sous abonnement leur client. Comment font-il cela? Simplement en fournissant des CMS propriétaires, fermés, non libre de droits. Ils facturent parfois mensuellement des sites vitrines très simple à réaliser et nécessitant une disponibilité très raisonnable en terme de traffic pour laquelle un hébergement mutualisé est largement suffisant (donc environ 80€ par an avec le nom de domaine inclus). Ils clament haut et fort qu’ils sont les meilleurs en référencement, et que grâce à leur bons soins votre site arrivera dans le top 10 de Google en moins de temps qu’il faut pour dire tu-n-y-comprends-rien-laisse-moi-faire.

La réalité est bien plus prosaïque au final, les CMS libres sont largement et correctement optimisés, ils possèdent des habillages graphiques et techniques qui les rendent attractifs et modulables, mais également qui améliorent encore le référencement, des modules à profusion, pour toutes les utilisations et les besoins. Et surtout, surtout, la liberté, encore la liberté, celle de partir chez un autre graphiste, dans une autre agence, ou même de reprendre le site avec ses petits doigts à soi.

Le travail du graphiste et/ou de l’indépendant est d’intégrer le contenu, de fabriquer l’architecture de l’information, de réaliser le design graphique et les visuels, de connaître et de savoir choisir les bons outils à rajouter au site, autant de choses qui requièrent des compétences particulières et finalement assez étendue, mais qui s’appuient sur des CMS reposant sur des communautés puissantes de développeurs. Car les CMS c’est également ça, d’immenses communautés, des développeurs brillants qui travaillent par passion, qui en fait des outils en évolution constante, intégrant rapidement les nouvelles technologies, et les bons principes de programmation.

Est-ce à dire que le développement personnalisé n’a plus lieu d’être? Evidemment pas. Il existe encore de multiples cas dans lesquelles il peut se révéler nécessaire de développer à partir de rien un site (encore que… généralement ce sont des frameworks qui sont utilisés, des programmes modulaires qui gérent partie ou tout du site et sur laquelle on implémente les fonctionnalités). Mais dans la majorité des cas et des utilisations, l’adaptation des CMS fera l’affaire.

La meilleure preuve est dans la liste des grands utilisateurs des CMS, par exemple pour WordPress, pour Joomla ou pour Drupal. Vous pensez sérieusement que ces gens utilisent des systèmes qui ne leur garantissent pas une fiabilité et un référencements satisfaisants.

La petite tentative de polémiquer autour des CMS était peut être un coup de mauvaise pub, un trollage de bas étage, ce qui était stupide, ou ils y croient vraiment et alors…

La meilleure solution reste celle d’allez se promener dans les sites de ces CMS, dans les forums et les communautés, vous verrez que l’air y est frais et dynamique.